Saint-Antonin Noble Val est dominée par le Roc d’Anglars, majestueuse muraille de calcaire, le Roc Deymié et le Pech Dax

Saint-Antonin Noble Val, plus de 13 siècles d'histoire...

St Antonin Noble Val, Née autour d'une abbaye bénédictine au VIIIeme siècle, la cité médiévale de St Antonin est assise au confluent de l'Aveyon et de la Bonnette, au point précis de rencontre des trois anciennes provinces du Rouergue, du Quercy et de l'Albigeois. Elle conserve de nombreuses traces de son passé médiéval : la Maison Romane, l’Ancien Couvent des Génovéfains, la Maison du Roy, la Maison de l’Amour, les Tanneries...

D’une beauté géographique reconnue au niveau européen par le Réseau Natura 2000, venez apprécier cette cité du bien-vivre qui est récompensée par le label international Città Slow… Saint-Antonin est aussi un pôle reconnu pour ses activités de pleine nature et a été labellisée "Ville active et sportive" en 2016 .

Les commerçants, restaurateurs, hébergeurs, associations et artistes en font un centre économique, culturel et touristique important toute l’année. L’eau minérale de la source de Salet commercialisée dans toute la France nous rappelle aussi l’époque du thermalisme au début du XXème siècle.

La Légende de Saint-Antonin

Le premier évangélisateur du Rouergue fut Antonin, fils de Frédélas, roi d'Apamée (aujourd'hui Pamiers). Il fut bien accueilli en Noble-Val. Mais malgré les supplications des habitants, il partit, fort de son succès, pour prêcher l'Evangile dans son pays natal.

Hélas ! Il apprit à ses dépens que nul n'est prophète en son pays. Les Gentils ne voulurent pas écouter sa « bonne parole ». Ils le molestèrent, puis le décapitèrent et séparèrent les parties de son corps qu'ils jetèrent dans l'Ariège. Des anges s'empressèrent de recueillir les vénérables reliques et deux grands aigles blancs guidèrent la barque où elles furent placées. 

La barque miraculeuse descendit l'Ariège, rejoignit la Garonne, remonta le cours du Tarn puis celui de l'Aveyron. Elle vint s'échouer au confluent de l'Aveyron et de la Bonnette. En ce temps-là, régnait un riche et puissant comte sur le « Noble Val », la Vallée de l'Aveyron, son nom était Festus. Festus, le seigneur de Noble-Val fut aussitôt prévenu. Reconnaissant la main de Dieu dans ce voyage miraculeux, il fit déposer les reliques du martyr dans une luxueuse châsse. Afin de protéger les reliques vénérées, devenues lieu de pèlerinage, une Abbaye fut créée au VIIIe siècle.

Bref historique

Saint-Antonin est une ville chargée d’histoire, qui a eu au fil du temps, plusieurs dénominations. Elle s’est d’abord appelée Condat, puis Nobilis Vallis, San Antoni, Sainct-Anthonin, Saint-Antonin d’Aveiron, Libreval, Saint-Antonin d’Aveyron, Saint-Antonin de Rouergue et depuis 1962, Saint-Antonin Noble-Val.

L’Abbaye Bénédictine est fondée par la volonté de Pépin le Bref, en 763, autour de la chapelle contenant les reliques de Saint Antonin, au confluent de la Bonnette et de l’Aveyron. Durant les guerres de religion, l’Abbaye fut pillée et incendiée par les Calvinistes (1570), ce qui entraînera sa ruine complète. Des fragments de sculptures d’une grande qualité plastique, conservés au musée ou utilisés en réemploi, notamment sur les façades des maisons, témoignent de l’importance de cet édifice.

Les Vicomtes de Saint-Antonin, fidèles au Comte de Toulouse, embrassent la religion Cathare, ce qui vaut à la cité d’être assiégée et saccagée par Simon de Montfort en mai 1212. La ville entre dans le domaine royal en 1226 (Louis IX). Cette époque sera l’apogée de sa prospérité économique. Puis c'est la guerre de Cent Ans. En 1351, les Anglais prennent et occupent la ville. Plus tard, ce sont les guerres de religion. Les habitants, Huguenots pour la grande majorité, prennent le pouvoir. Ce qui entraîne le siège et la prise de la ville par Louis XIII en juin 1622. 

En 1681, les Protestants sont exclus définitivement du Conseil politique et du Consulat. Ils ne peuvent même plus assister au Conseil de Ville et en 1685 c'est la révocation de l'Edit de Nantes. Le Couvent des Génovéfains illustre une période marquante de la cité. En 1661, suite à des abus, les Chanoines Augustins sont destitués et remplacés par des Génovéfains qui se logent dans cinq petites maisons. Pour mieux se loger et vivre en communauté, ils décident d'édifier un bâtiment qui soit digne de l'ordre. Pour cela ils achètent seize maisons pour les détruire et construire le couvent (1751)

La Révolution survient. Le Chapitre est dissout en 1790 et le couvent est confisqué à titre de bien national. Rappelons que, ville du Rouergue, Saint-Antonin fut initialement rattachée au département de l'Aveyron, avant d'en être détachée, en 1808, lors de la création du département du Tarn-et-Garonne par Napoléon 1er

Le Thermalisme à St Antonin : L’établissement de bains, inauguré en 1924 sur la Place des Moines, est le résultat d’un projet ambitieux pour la ville. Paul Capin, le maire de l’époque en fut le maître d’œuvre. Il fit amener les eaux de la source de Saleth, sise en amont, jusqu’en ville. Cette eau minéralisée était depuis longtemps connue pour soigner le diabète, la goutte, la gravelle et la dypspepsie. Cela était largement suffisant pour une station thermale.

Hélas ! Les inondations de 1930 emportent le système d'adduction d'eau et font basculer la station thermale ruinée dans le néant. Aujourd'hui, l'eau de Saleth est embouteillée dans une usine située à 1,5 km de St Antonin, sur la route de Lexos.

Pour approfondir cet aperçu de l'histoire de la ville, venez découvrir en vente à l'Office de Tourisme de St Antonin Noble Val : 

  • Le Guide illustré de St Antonin, 10 € 

  • Histoire de St Antonin, 30 €

Plus d ‘infos : Office de Tourisme de St Antonin Noble Val : 05 63 30 63 47 

Découvrir St Antonin